l\'indigné

La crise

 

On n'en finit plus officiellement sauver la Grèce ( et les autres pays), officieusement un système néolibérale qui ne tient plus que par les perfusions d’argent irréelle et des casses sociales... N'aurait-il pas été préférable d'officialiser le défaut grec, des créanciers ? En d’autre terme de sauver le peuples plutôt que ceux « qui vampirisent les peuples »

Je ne suis plus aussi  stupéfait du fait que l'incapacité des technocrates financiers et politiques a « régler la question de la dette » la Grèce ( et des autres pays à faire face à son endettement ne soit pas qualifiée "d'événement de crédit" en bonne et due forme. Car certes, la BCE n'a pas voulu prendre le moindre risque avec ces maitres : la finance. Elle n'a pas voulu risquer de déclencher une panique systémique en mettant en difficulté des vendeurs de CDS grecs qui se seraient retrouvés dans l'incapacité de payer ceux qui se sont assurés contre un défaut officiel de l'Etat grec.

 

Et pourtant si l'on se réfère aux textes (mais que valent les textes y compris pour ceux qui sont censés les faire respecter lorsqu'il existe des circonstances prétendues exceptionnelles ??), la situation de la Grèce est un pur événement de crédit. Le fait d'invoquer le pseudo volontariat des créanciers privés est complètement ridicule puisque ceux-ci n'ont jamais eu le choix.

Faisons un petit rappel des quatre cas de figure qui déclenchent un "évènement de crédit" :

  1. la répudiation et le moratoire sur la dette (solution la plus radicale qui fut celle de la Russie en 1998) ;
  2. la restructuration ou le rééchelonnement (Argentine 2001) ;
  3. la faillite (ceci concerne les entreprises – le corporatedonc – et les banques. Citons ENRON en 2001, WORLDCOM en 2002, Northen Rock en 2007, Lehman en 2008. Un état ne fait pas faillite mais défaut) ;
  4. le défaut de paiement dit sélectif avec incapacité à payer en temps et en heure.

On a cru bon de considérer que l'on ne pouvait pas traiter la situation de la Grèce en 2011 et encore en 2012 comme les situations d'insolvabilité d'il y a 10 ans. Pourquoi ? Tout simplement parce que ceux-là même qui régulent la finance (banques centrales, gouvernements, institutions internationales) ne maîtrisent absolument plus rien et se retrouvent pris au piège d'une course contre la montre. Il faut acheter encore et toujours du temps en "espérant" un hypothétique retour de croissance qui viendrait éponger plus facilement le surendettement des uns et des autres. La meilleure illustration de tout cela, c'est que chaque nouveau sommet destiné à tordre le cou à la crise financière est qualifié de sommet de la dernière chance.

 

Mais les grands financiers ne maîtrisent plus rien, « dépassés par toujours plus de sophistication et de complexité des instruments financiers avec toujours plus d'innovations financières. Ils ne maîtrisent plus rien car ils sont également dépassés par une mondialisation qu'ils ont favorisée et par les interactions entre les divers acteurs des marchés financiers (avec l'épée de Damoclès de la "crise systémique" potentielle) ».

 

Et pourtant, l'histoire nous enseignera sans doute qu'il aurait mieux valu déclencher un pur événement de crédit sur la dette grecque – et peu importe l'avantage financier que tel ou tel hedge fund aurait pu en tirer à court terme, le problème étant plus stratégique que cela. Après tout, l'encours des CDS grecs était évalué en septembre 2011 autour 55 milliards d'euros pour une dette de 350 milliards d'euros. Certes cela aurait entraîné plus de stress sur les marchés financiers et plus de besoins de recapitalisation pour les banques. Mais peu importe : au moins la confiance serait revenue dans la finance.

« Or, comment voulez-vous (ou pouvez-vous) avoir confiance dans un système qui vous empêche d'exercer les assurances que vous avez prises en cas de défaut justement lorsqu'il survient ? La puissance publique ne devrait pas venir au secours de ceux qui ont investi sans discernement sur la dette grecque (aléa moral) ni  au secours des acteurs qui se sont couverts contre un défaut grec (puisque certains vendeurs d'options sur le défaut grec ne seront pas en capacité d'assumer leurs obligations d'assureurs) ».

 

Je reprends l’idée : comment, comment voulez-vous (ou pouvez-vous) avoir confiance dans un système qui vous empêche d'exercer la souveraineté des peuples, qui s’associe avec des néofasciste, des conservateurs et la social démocratie en ruinant les démocraties ( ex : Grèce

 

Imaginez concrètement que toutes les assurances que vous possédez dans votre vie courante (maison, voiture, responsabilité civile, pour ne citer que les plus essentielles) ne servent à rien lorsque que le sinistre ou l'accident survient... Au motif que celui qui vous assure n'est pas en état de vous indemniser. Cela fait un peu désordre. Mais dans le monde des marchés financiers (monde dans lequel je vis et dans lequel j'exerce depuis longtemps), cela choque beaucoup moins.

 

De même comment peut-on donner envie aujourd'hui à un investisseur d'acheter à nouveau des titres d'Etat ayant une solvabilité délicate si les produits dérivés de crédit (CDS) que j'achète pour me couvrir sur les risques d'insolvabilité de l'émetteur ne servent à rien ?

« Certes les liquidités massives prêtées par la BCE dans le cadre du LTRO 3 ans du 21 décembre 2011 (490 milliards d'euros) et dans le cadre de celui qui se prépare pour le 29 février (de 300 à 1 000 milliards d'euros selon les bookmakers) peuvent être réinvesties sur des papiers d'Etats italiens et espagnols de maturité courte. Mais soyez certain qu'en aucun cas elles ne seront réinvesties massivement sur la dette de ces pays ». plan d'austérité, :Plan pour la Grèce : un gros sparadrap qui ne changera rien | Eco89. Devrait on dire maintenant pour tout les pays occidentaux

Grece : rassemblement, rigueur et risque fasciste


 Anonymous - Message au peuple de Grèce, au gouvernement grec et aux pays d'Europe ( video)   "Les raisons de la colère" ( voir article : video 1, video 2, video 3 et La tentation de l'émeute : video 1_3, video 2 et Video 3, Rigueur : les Grecs répondent à l'Europe par le feu 
 
Centre-ville en flammes, guérilla, violences policières : alors que les activistes et les familles manifestaient, le Parlement a voté un nouveau plan d'austérité. Reportage. ( source  rue 89)

 
D'Athènes) Lacrymos, Molotov, matraques et incendies : dimanche, autour du Parlement grec, la manifestation du début d'après-midi a tourné en guérilla urbaine avant même le coucher du soleil, jusqu'au chaos au milieu de la nuit.
L'Eglise orthodoxe huée, ça commence fort,
La routine des gaz lacrymogènes  
Les affrontements à Athènes
 Le 12 février 2012
Guérilla urbaine, la vraie  
Un vote sans surprise


Aller plus loin
Sur Rue89
Dix Grecs racontent leur vie de nouveaux pauvres
Comment les traders ont misé sur la faillite de la Grèce

Sur lefigaro.fr
Les dix nouvelles mesures d'austérité votées par le parlement grec
 
 
face au chaos capitaliste organisons nous pour l'anarchie... : Video 1, video 2, video 3, Video 4
 
Face à la barbarie capitaliste que proposent les anarchistes ( video 1)
    
Résister et 6 autres ami(e)s ont partagé un lien. L'appel de Mikis Theodorakis : "Les banques ramèneront le fascisme en Europe !" | Humanite 
 
 
Alors que la Grèce est placée sous tutelle de la Troïka, que l'Etat réprime les manifestations pour rassurer les marchés et que l'Europe poursuit les renflouements financiers, le compositeur Mikis Theodorakis a appelé les grecs à combattre et mis en garde les peuples d'Europe qu'au rythme où vont les choses les banques ramèneront le fascisme sur le continent.
 
Interviewé lors d'une émission politique très populaire en Grèce, Mikis Theodorakis, figure emblématique de la résistance à la junte des colonels, a averti que si la Grèce se soumet aux exigences de ses soi-disant "partenaires européens", c'en sera "fini de nous en tant que peuple et que nation". Il a accusé le gouvernement de n'être qu'une "fourmi" face à ses "partenaires", alors que le peuple le voit comme "brutal et offensif". Si cette politique continue, "nous ne pourrons survivre (...) la seule solution est de se lever et de combattre".
Résistant de la première heure contre l'occupation nazie et fasciste, combattant républicain lors de la guerre civile et torturé sous le régime des colonels, Mikis Théodorakis a également adressé une lettre ouverte aux peuples d'Europe, publié dans de nombreux journaux grecs.
 
Extraits :

"Notre combat n'est pas seulement celui de la Grèce, il aspire à une Europe libre, indépendante et démocratique. Ne croyez pas vos gouvernements lorsqu'ils prétendent que votre argent sert à aider la Grèce. (...) Leurs programmes de « sauvetage de la Grèce » aident seulement les banques étrangères, celles précisément qui, par l'intermédiaire des politiciens et des gouvernements à leur solde, ont imposé le modèle politique qui a mené à la crise actuelle. Il n'y pas d'autre solution que de remplacer l'actuel modèle économique européen, conçu pour générer des dettes, et revenir à une politique de stimulation de la demande et du développement, à un protectionnisme doté d'un contrôle drastique de la Finance. Si les Etats ne s'imposent pas sur les marchés, ces derniers les engloutiront, en même temps que la démocratie et tous les acquis de la civilisation européenne. La démocratie est née à Athènes quand Solon a annulé les dettes des pauvres envers les riches. Il ne faut pas autoriser aujourd'hui les banques à détruire la démocratie européenne, à extorquer les sommes gigantesques qu'elles ont elles-mêmes générées sous forme de dettes.

Nous ne vous demandons pas de soutenir notre combat par solidarité, ni parce que notre territoire fut le berceau de Platon et Aristote, Périclès et Protagoras, des concepts de démocratie, de liberté  et d'Europe. (...)
Nous vous demandons de le faire dans votre propre intérêt. Si vous autorisez aujourd'hui le sacrifice des sociétés grecque, irlandaise, portugaise et espagnole sur l'autel de la dette et des banques, ce sera bientôt votre tour. Vous ne prospérerez pas au milieu des ruines des sociétés européennes. Nous avons tardé de notre côté, mais nous nous sommes réveillés. (...)

Résistez au totalitarisme des marchés qui menace de démanteler l'Europe en la transformant en Tiers-monde, qui monte les peuples européens les uns contre les autres, qui détruit notre continent en suscitant le retour du fascisme."

 
Collectif Bellaciao
 


‎- Se rebeller est juste, désobéir est un devoir, agir est nécessaire ! - Ribellarsi è giusto, disobbedire è un dovere, bisogna agire ! - To rebel is right, to disobey is a duty, to act is necessary ! - ¡Rebelarse es justo, desobedecer un deber, actuar una necesidad!
 
"QUI SOMMES-NOUS ? A travers une succession de transformations de son texte, Bellaciao devint d'abord une chanson de lutte des ouvrières des rizières de la Vallée du Pô, puis un chant de protestation contre la première guerre mondiale et enfin une sorte d'hymne de la Résistance italienne, dont la réputation a dépassé les frontières. "Bellaciao", donc, pour indiquer la volonté de ses militants de s'inspirer, en les pratiquant, des valeurs de la Résistance, autrement dit l'antifascisme, la démocratie directe, le droit à l'indépendance des peuples par rapport à toute exploitation coloniale ou néo-coloniale, dans le respect de l'égalité entre ethnies, religions ou cultures diverses et du refus de la guerre comme solution aux controverses internationales.
 
Compte-tenu de la volonté de Bellaciao de se situer sur le terrain de l'expérimentation politique et de la recherche de voies nouvelles, dans un esprit qui actualise, transforme et "refonde" les principes définis ci-dessus, cette brève présentation constitue la première ébauche d'un document qui sera ouvert en permanence aux contributions, modifications et enrichissements suggérés par la pratique de ses militants.
 
 Par l'intermédiaire du site internet bellaciao.org, Bellaciao cultive un projet politique et culturel qui comprend de multiples aspects dont voici la synthèse:
 
1. informer sur la participation à des manifestations, débats, émissions de radio ou de télévision, à des initiatives culturelles et musicales et faire connaître ses idées ;
 
2. Diffuser les documents les plus significatifs de la gauche anticapitaliste internationale sur ses 4 sites indépendants (en français, italien, anglais et espagnol) ;
 
 3. proposer un agenda hebdomadaire des manifestations qui ont lieu à Paris sur les principaux thèmes de la lutte politique et syndicale en France et à l'étranger, contre la guerre et pour les droits des migrants ;
 
4. Combattre tout les tendances autoritaires, le libéralisme affairiste, l'impunité légale, la xénophobie, le nationalisme, la propagande raciste, l'apologie du fascisme, le mépris des minorités et les ardeurs guerrières co-existent avec le monopole de l'information, l'illégalité largement répandue, l'attaque aux acquis économiques et sociaux, la répression de la contestation et combattre la politique des actuel gouvernements européen ;
 
5. présenter une revue de presse ;
 
6. informer sur la publication des ouvrages qui explorent les questions essentielles de la politique et de l'économie, de l'histoire et de la société ;
 
7. mettre à disposition de qui est intéressé à faire des recherches, des archives riches en matériel d'enquête ;
 
 8. ouvrir à qui le souhaite des espaces de discussion en ligne et d'approfondissement à travers des liens ;
 
 9. Mettre à disposition un espace libre pour la publication quotidienne d'articles et de réflexions sur des problèmes internes et internationaux ;
 
10. Renforcer l'équipe rédactionnelle du site et aider à créer un collectif qui mettrait en pratique, dans le mouvement, notre vision de la lutte.
 
Ce sont des objectifs partiels qui ne prétendent pas se situer au niveau de ceux que se poserait un parti politique. Mais c'est justement grâce à la modestie de tels objectifs que Bellaciao, structure de mouvement, aspire à l'adhésion d'un nombre de militants de beaucoup supérieur à celui de ceux qui s'inscriraient à un parti.


Pour finir la video de la page de garde :
Keny Arkana-interview

 
Evenement a suivre !
RASSEMBLONS NOS FORCES CONTRE L'AUSTERITE EN FRANCE ET EN EUROPE
mardi 14 février, à 14:00



07/08/2012
0 Poster un commentaire

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 32 autres membres